Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

Le « repassage des seins » une pratique dé-féminisante au Cameroun

Il est encore en Afrique des coutumes, des rituels qu’il vaut mieux exorciser définitivement, mais qui malgré tout sont rebelles à toutes les normes universelles en matière de respect des droits de l’Homme. C’est le cas ici de l’excision encore en cours dans de nombreux pays africains, comme du repassage des seins qui sévit encore cruellement au Cameroun et qui dénie toute possibilité à des jeunes filles de jouir de leur féminité pleinement.

Des chiffres qui font battre la poitrine

repassage des seins.jpg

Si généralement on entend parler de mutilations sexuelles pour désigner l’excision des parties génitales, notamment le capuchon clitoridien ou le clitoris externe dans son ensemble, dans certains pays d’Afrique de l’Ouest, en Afrique Centrale, et précisément au Cameroun, certains parents utilisent des spatules, des pilons ou même des pierres chauffés afin de procéder au massage de la poitrine de leurs filles âgées entre 8 et 15 ans, une pratique qui vise à empêcher le développement des seins chez ces enfants, et donc pour détourner d’elles le regard masculin.

En 2006, le GIZ, une agence de coopération allemande évaluait à ¼ la population féminine ayant subit une telle mutilation. Près de 3.8 millions de jeunes filles dans le littoral Camerounais auraient subit une telle torture de la part de leurs mères qui réalisent cette opération inhumaine dans la stricte intimité familiale, parfois bien loin d’un système judiciaire qui semble d’ailleurs ne pas s’en soucier.

La normalisation d’une coutume honteuse

Fondée sur des croyances ancestrales selon lesquelles le « repassage des seins » aurait sur le lait maternel un impact positif, parce qu’il le rendrait meilleur, et sur la santé du futur bébé à qui, elle épargnerait les « fesses rouges », la pratique du « repassage des seins » se fait en toute discrétion avec les conséquences physiques et psychologiques qu’elle peut entraîner.

Un danger pour la santé de la femme

Si grâce à la chirurgie, certaines de ses femmes peuvent procéder à une augmentation des seins par injection de graisse, il va s’en dire que leur sexualité et même leur santé en a pris un coup.

Pour un médecin camerounais officiant à l’hôpital central de Yaoundé, capitale politique du Cameroun, le Dr Nzié, les conséquences physiologiques et psychologiques du « repassage des seins » sont entre autres, une aplasie mammaire qui peut provoquer des complexes comme une sensualité et une sexualité moins épanouies, de même que d’importantes frustrations.

Sur le plan physique, il évoque les cas des brûlures, des cicatrices, les abcès, les kystes, les infections, voire même les cas de cancer de seins qui peuvent se développer à cause du « repassage des seins ».

Les commentaires sont fermés.